CHERCHER >>
 

   
 
> Programme de travail annuel / 2004
2004

Par note du 27 novembre 2003, les ministres chargés de la santé, de l’agriculture, de la consommation et de l’environnement ont confié à l’Afssa, l’Afsse et l’Ifen la réalisation, avant fin juin 2004, d’une étude de faisabilité de la mise en place de l’Observatoire des Résidus de Pesticides (ORP) visant à :


rassembler, en vue de leur valorisation, les informations et résultats des contrôles et mesures de résidus de pesticides dans différents milieux et produits consommés par l’homme ;
estimer les niveaux d’exposition des populations ;
identifier les actions de progrès pouvant être mises en place sur les systèmes d’information et notamment la nature et le format des données collectées.

Après un examen des actions envisageables, l’Afssa, l’Afsse et l’Ifen ont proposé un mode d’organisation et une méthodologie pragmatique basée sur la valorisation des bases de données existantes. Ils ont procédé à un exercice pratique permettant d’identifier les possibilités et les limites des dispositifs et bases de données existants en tentant de quantifier, pour la première fois, les expositions des populations françaises aux résidus de pesticides via l’ensemble des voies de contact : air, sol, eau, aliments.

Ces travaux ont conduits à la publication d’un document « observatoire des résidus de pesticides : étude de faisabilité » . Trois objectifs principaux ont été définis:

 

Identifier les indicateurs d’exposition indirects ou théoriques et définir des priorités de surveillance: 


- par une approche fondée sur le calcul des apports journaliers maximum théoriques (AJMT) à partir des limites maximales de résidus (LMRs) dans les eaux et les denrées, 
- par une approche fondée sur le volume des ventes rapporté à la dose journalière admissible (DJA)

 

Etudier les expositions (par l’eau et les denrées) de manière « plus réaliste » pour 8 substances sélectionnées.

 

Etudier les conditions de l’interconnexion des bases de données au niveau national.

 

C'est à partir des premières conclusions de ce rapport que les priorités d'actions pour 2005-2006 ont été définies.